Beaucoup d’inscrits, peu de places

L’Université d’Etat d’Haïti a reçu cette année près de 30 000 inscrits dans ses différentes entités. La Faculté de médecine et de pharmacie (FMP), à elle seule, a enregistré un chiffre record, soit plus de 6 000 inscrits pour quelque 150 places disponibles.

L’Université d’Etat d’Haïti a reçu cette année près de 30 000 inscrits dans ses différentes entités. La Faculté de médecine et de pharmacie (FMP), à elle seule, a enregistré un chiffre record, soit plus de 6 000 inscrits pour quelque 150 places disponibles. Une vue de la Faculté de droit et des sciences économiques Jean Marc Hervé Abelard
3
Jeudi 6 septembre, 8h15 a.m. La cour du ministère de l’Education nationale est bondée de monde, en majorité des jeunes qui viennent de passer avec succès leurs examens de fin d’études secondaires. Leur présence au ministère est pour réclamer leurs certificats et/ou leurs relevés de notes. « Passez réclamer vos documents demain », indique un responsable à un jeune homme qui vient de payer 100 gourdes pour obtenir son certificat et son relevé de notes.

« Si je ne les trouve pas demain, je suis foutu », murmure un jeune homme, qui s’est déjà fait inscrire en ligne dans deux facultés de l’Université d’Etat d’Haïti. Il ne lui reste qu’à déposer les pièces requises, dont le certificat de fin d’études secondaires dans les facultés choisies au plus tard le vendredi 7 septembre. Mais le rectorat a finalement décidé de prolonger les inscriptions jusqu’à ce mardi 11 septembre.

Le rêve de la majorité de ces jeunes réunis dans la cour du ministère est d’entrer à l’Université d’Etat d’Haïti (UEH). Obtenir une place dans l’une des 12 entités de l’UEH serait considéré comme un événement pour certains, le pourcentage de chance étant tellement faible.

A l’entrée de la Faculté de droit et des sciences économiques (FDSE), trois étudiants s’installent. Devant eux : des ouvrages destinés aux postulants pour préparer leurs concours d’admission dans différentes facultés. « Si tu ne participes pas aux séminaires que nous organisons ici pour les postulants, cet ouvrage peut t’aider, il se vend à 300 gourdes », dit un étudiant (marchand d’ouvrages) à une postulante qui jetait un coup d’œil.

Apparemment n’étant pas intéressée, elle se dirige dans une salle pour déposer ses pièces. Ils sont nombreux les candidats dans cette salle. « Moi, je me suis inscrit pour étudier le droit », tonne un jeune homme un peu frêle. « Je n’aime pas trop le droit, je vais étudier de préférence les sciences économiques », lui répond un ancien camarade qu’il n’a pas vu depuis belle lurette.

A quelques mètres, à la Faculté de médecine et de pharmacie (FMP) qui a enregistré 6 041 inscrits jusqu’à lundi soir, à 7 heures, c’est pratiquement la même ambiance. Pour gérer l’affluence, les responsables reçoivent les dépôts de pièce des candidats par ordre alphabétique. « J’adore la FMP. Si je ne réussis pas au concours d’admission ici, je me ferai inscrire dans un centre universitaire privé pour étudier la médecine. Je ne veux rien étudier d’autres », indique, Mélissa, 19 ans, une brune de grande taille.

A l’Inaghei les étudiants qui ont l’habitude d’organiser chaque année des séminaires-préfac ont été mis en garde. Le décanat leur a formellement interdit ces activités dans l’enceinte de l’institution. Des marchands d’ouvrages ne sont donc pas remarqués, mais l’affluence des candidats est tout aussi grande que dans les autres entités de l’UEH.

« Je ne sais pas si je serai avocat, gestionnaire ou communicateur social. Je me suis inscrit à trois facultés. Là où j’aurai réussi, j’y resterai », confie Richard, originaire des Cayes, qui n’a pas vraiment de choix à faire.

« Je suis optimiste. Je trouverai ma chance dans l’une des entités. Je ferai les sacrifices nécessaires.Mes parents ne peuvent pas se payer le luxe de m’intégrer dans un centre universitaire plus ou moins qualifié », ajoute-t-il.

En fait, ils sont plusieurs milliers de jeunes qui sautent de joie après avoir passé avec succès leurs examens de fin d’études secondaires. Mais, l’accès aux études supérieures reste cependant un défi pour nombre d’entre eux. Car, l’offre de l’Université d’Etat d’Haïti est nettement inférieure à la demande.

Selon le vice-recteur aux affaires académiques de l’Université d’Etat d’Haïti, Jean Poincy, l’UEH a enregistré, lundi soir, 27 156 postulants individuels pour un total de 37 992 inscrits dans ses différentes entités. Un postulant peut s’inscrire à trois facultés au maximum. De ces données encore provisoires, le campus de Limonade a enregistré 7 280 inscrits, la FMP 6 041, la FDSE 5 263…

Vu sa capacité d’accueil, l’UEH, a souligné le professeur Poincy, accueillera en moyenne 4 500 étudiants. Le campus de Limonade accueillera 1 500 et les 3 000 restants seront divisés dans les onze autres entités.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s