Manifestation anti-Martelly au Cap-Haitien

Plusieurs centaines d’individus ont manifesté dans les rues du Cap-Haitien dans la matinée du 12 septembre 2012. Ce qui devait être une marche contre la cherté de la vie et contre un éventuel déguerpissement de centaines de familles qui auraient bâti sur des terres appartenant à la famille Jean Pierre, s’est vite transformée en mouvement de contestation anti-Martelly.

Dévalant le bitume, la foule scandait des slogans hostiles au chef de l’État comme: Aba Martelly ! Aba la vie chère ! Munis de pancartes et d’affiches, ils ont témoigné leur ras-le-bol vis-à-vis du pouvoir en place. On pouvait y lire : « Aba les pillards ! Aba politiciens racketteurs ! Aba raciste ! Aba bourgeois arrogants !». Des signes qui annoncent le réveil des vieux démons qui hantaient le pays, lors des années où la lutte des classes et la question de couleur endeuillaient les familles haïtiennes.

Selon certains manifestants, la famille Jean Pierre, proche du pouvoir, aurait trouvé l’aval du Président Martelly afin de les persécuter. Les manifestants ont par ailleurs récusé les titres de propriété brandis par la famille Jean Pierre. D’après les protestataires, les mangroves et les marécages qu’ils ont remblayés au niveau de la section communale de petite-Anse ne sauraient appartenir à quelqu’un. Dans un message délivré devant la Délégation du Nord, les manifestants ont demandé au Délégué départemental du Nord, Yvon Alteon, de transmettre l’ensemble de leurs revendications au président de la République. Les protestataires pressent ainsi le pouvoir de se pencher incessamment sur leurs requêtes sous peine de regagner les rues dans les prochains jours.

Depuis quelques années, le Cabinet Septimus, représentant de la famille Jean Pierre, entretenait des pourparlers avec plusieurs familles qui auraient érigé leurs maisons sur les terres de son client. Le domaine réclamé par cette famille porte sur un terrain qui s’étend du pont Jean-Claude Duvalier à l’Aéroport du Cap-Haitien. Pour l’heure, certaines familles auraient déjà régularisé leur cas. Par contre, d’autres dont les conditions de vie sont plus que précaires font face à un dilemme et ne savent trop à quel saint se vouer.

Le 12 septembre 2012 aura marqué la première grande manifestation contre le pouvoir de Michel Martelly dans la métropole du Nord, une ville qui a grandement contribué à son élection. Ce mouvement de contestation inquiète les partisans et sympathisants du Chef de l’État qui craignent que ce ne soit le début d’une vaste campagne de mobilisation contre le pouvoir en place.
Jean Blanco

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s